Vert Santé

La Santé par les plantes

Les vertus de la Marjolaine, cette merveilleuse plante aromatique

La Marjolaine, Origanum majorana

 

La Marjolaine, cette plante merveilleuse
qui a donné naissance à la chanson qui porte son nom

Puisque le fils du roi m’aime,
Avec mes sabots,
Il m’a donné pour étrennes…
Un bouquet de marjolaine.

Les Romains l’utilisaient déjà ! Commune autour du bassin méditerranéen. Elle possèderait de nombreuses vertus médicinales.

La Marjolaine, ce cadeau de prince, pour son parfum, pour le charme de ses fleurettes, pour la rime, celle qu’on a chanté mille fois lorsque on était enfant et qui enlève tous les chagrins, y compris d’amour…

Son histoire

La Marjolaine, ou Origanum majorama.
Marjolaine vraie, marjolaine des jardins, marjolaine d’Angleterre, grand origan. Origan Origanum vulgare, marjolaine sauvage ou bâtarde, grande marjolaine.

Petite plante aromatique vivace, la marjolaine est connue depuis la nuit des temps. Et pour cause, puisque les Égyptiens, les Grecs et les Romains l’utilisaient déjà ! Commune autour du bassin méditerranéen, elle est aujourd’hui principalement cultivée en Espagne et en Afrique du Nord. Elle possèderait de nombreuses vertus médicinales. Des vertus digestives, entre autres.

Son usage fabuleux

C’est l’un des plus puissants calmants que l’on connaisse; insomnies dues à la vie trépidante de notre siècle … ou à la passion amoureuse, nerfs en pelote, excitation fébrile, sensation qu’on est prêt à exploser, etc., elle se charge fort élégamment de ce genre de symptômes !
La marjolaine, contre les troubles digestifs.
Outre ses qualités aromatiques très appréciées en cuisine, la marjolaine dispense différents bienfaits médicinaux. Elle est recommandée notamment contre les spasmes intestinaux, les flatulences et les nausées. Elle a aussi des propriétés antidiarrhéiques. Cette plante permettrait encore de stimuler l’appétit, la production de suc gastrique voire de calmer les accès de toux.
Des vertus antiseptiques et antalgiques lui sont enfin reconnues. L’huile essentielle de marjolaine est indiquée dans le traitement des douleurs articulaires ou en bains de bouche, contre les aphtes.

Ne pas confondre les deux espèces

Il faut se garder de confondre deux espèces voisines de marjolaines:
• l’une, sauvage, est l’origan vulgaire;
• l’autre, la marjolaine vraie, toujours cultivée sous nos climats (elle est originaire d’une contrée qui s’étend de la Libye à l’Inde), C’est à tort qu’on l’appelle parfois aussi origan, qui ne manquent jamais d’en ajouter une pincée sur leurs pizzas. C’est elle qu’il faut employer l’autre est trop rapidement stupéfiante.

Ses remèdes d’antan

La marjolaine vraie, encore baptisée marjolaine des jardins ou marjolaine à coquilles, a plus d’un titre de noblesse. Cette cousine de la sauge, de la menthe et du thym (famille des labiées), aux minuscules fleurs blanches ou rosées cachées dans de petites pelotes sphériques vert tendre, était dédiée au dieu Osiris dans l’ancienne Égypte. Elle servait notamment à la confection des couronnes destinées aux cérémonies religieuses. Les naturalistes grecs et latins en faisaient déjà la meilleure amie des nerfs, ainsi qu’un médicament fort utile contre les règles douloureuses des femmes, la rétention d’urine, l’encombrement des voies respiratoires, les maux des yeux (conjonctivites), les traumatismes (chocs, bleus) et les accidents concernant les articulations (foulures, entorses, luxations). Au moyen Age, Albert le Grand ajoute cette liste tous les cas de paresse des organes: des reins, des poumons, du foie, de la rate, de l’utérus, etc.

Son Utilisation médicinale

La marjolaine vraie, convient parfaitement contre les inconvénients de la vie trépidante des grandes cités modernes; mais la nervosité, l’insomnie, les palpitations, les angoisses, les sentiments d’oppression sont de tous les âges et de toutes les contrées. En second lieu, la marjolaine, toute parfumée, aide l’estomac et l’intestin à accomplir leur travail. Elle est tonique, diurétique, et provoque une sueur salutaire lorsque l’organisme est encombré de toxines. Elle nettoie les voies respiratoires bouchées par toutes sortes de mucosités: prise en fumigations, ou en inhalations sous un linge, elle constitue le meilleur remède contre les rhumes, les refroidissements, les angines, les bronchites et l’asthme. Elle exerce encore ses vertus. En usage externe, elle se révèle efficaces contre les maladies de la bouche: aphtes, infections de la langue et les autres bobos similaires et qui peuvent être traités par des gargarismes à base de marjolaine. Elle est également souveraine contre les embarras et les affections du nez; un bon tampon imbibé d’infusion de marjolaine guérit le rhume des foins. Enfin elle agit contre la migraine (suc frais aspiré par le nez), contre les enflures de toutes sortes (dues par exemple à des foulures, des luxations, des entorses: à appliquer en lotions), et elle sert à préparer d’excellents dentifrices.


En phytothérapie
– Usage interne: antispasmodique, hypotenseur, carminative, digestive, anaphrodisiaque; utile en cas d’anxiété, spasmes digestifs, insomnies, migraines, neurasthénie.
– Usage externe: action vulnéraire, fortifiante et antalgique; utilisée en cas d’asthénie.
Mode d’emploi :
– Usage interne: elle s’emploie en infusion (40 à 50 g de sommités fleuries pour un litre d’eau bouillante, laisser infuser cinq à dix minutes, 2 ou 3 tasses par jour avant ou après les repas).
– Usage externe: l’onguent de marjolaine (faire digérer pendant une heure au bain-marie bouillant 100 g de plante fraîche de préférence, soit dans un demi-litre d’huile d’olive, soit dans 500 g de beurre ou de saindoux, filtrer à travers un linge fin) est utilisé en massages contre les douleurs thumatismales, musculaires et nerveuses; en badigeon sur le front et les temps, il calme les maux de tête; sur le nez, il guérit les rhumes de cerveau (à signaler également que les feuilles séchées, réduites en poudre et prisées comme du tabac, font éternuer et dégagent les nez bouchés). En même temps que la tisane, contre les douleurs rhumatismales et aussi le torticolis, on a recours à des applications chaudes sur les parties douloureuses: on hache grossièrement une quantité suffisante de plante de plante fraîche, on la met dans un linge que l’on place sur une bouillotte ou un radiateur jusqu’à ce que la chaleur soit suffisante pour l’appliquer au malade (à la campagne, on chauffe généralement la plante en la remuant à sec dans une poële avant de la mettre dans le linge).

Les vertus de son huile essentielle

Propriétés thérapeutiques:
– Antibactérienne puissante, Fongicide, antispasmodique, sédative et calmante nerveuse importante.
Indications traditionnelles:
– Bronchites, sinusites, rhinopharyngites
– Respiratoires: dyspnée, toux spasmodiques
– Cardio-vasculaire: hypertension, palpitations, extrasystoles
– Digestif: aérophagie, dyspepsie, flatulence, gastrite
– Sexuel: obsession, éréthisme
– Nerveux: hyperkinésie, stress, angoisse, dépression, vertiges, irritabilité, agitation
– Crampes et contractures musculaires
– Lumbagos, sciatique, rhumatisme…


Renseignements utiles et indispensables
– Déconseillé chez la femme enceinte
– Irritation cutanée (dermocaustique) possible à l’état pur.

La Récolte

Ne vous donnez pas la peine de rechercher dans la campagne de l’origan sauvage:
ménagez-vous plutôt un petit carré de marjolaine cultivée au potager. Au moyen Age, toutes les maîtresses de maison avaient l’habitude d’en planter quelques pieds dans un bac à fleurs, sur leur fenêtre; je ne saurais trop recommander d’en revenir à cette pratique salutaire. La marjolaine est extrêmement fragile au froid; elle ne supporte pas les hivers rigoureux du nord de la France, mais elle vient fort bien si on la rentre à temps; d’où l’avantage de la cultiver en pots ou en bacs. Choisissez, au jardin, le coin le plus sec et le plus ensoleillé que vous pourrez trouver; la terre doit y être légère. Plantez les graines à l’automne; à la saison suivante, l’espèce se reproduira d’elle-même végétativement, en rejetant de nouvelles pousses. Récoltez la plante entière sans ses racines, à la floraison, c’est-à-dire en août-septembre, par temps très sec et après la rosée du matin. Faites la sécher en petites touffes, pendues à une corde, dans un endroit très bien aéré.

Indications traditionnelles

Préparation et emploi
A fortes doses, mais moins que l’origan sauvage, la marjolaine se révèle dangereuse: elle se comporte alors comme une drogue. Aussi, ne faut-il jamais en abuser, et s’en tenir strictement aux proportions indiquées dans les recettes.
Infusion
Calmante : jetez 5 à 10 pincées de plante séchée dans un litre d’eau. Prendre une tasse, le soir au coucher, vous procurera une nuit calme.
Tonique : jetez 30 pincées de plante séchée dans un litre d’eau. Prendre 2 tasses, le matin, au réveil, ou après les repas, pour stimuler la digestion et l’excrétion ou encore avant les repas pour exciter l’appétit.


Bains de mains et de pieds
Comptez une demi-poignée à une poignée de marjolaine par litre d’eau. ( Une demi-poignée pour calmer, une poignée comme tonique ).


Huile
L’huile de marjolaine ( usage externe, contre les traumatismes, les foulures, etc ): jetez deux poignées de plante séchée dans 1/2 litre de bonne huile d’olive; faites bouillir le tout ptendant 1/2 heure aux bain-marie; passez dans un linge fin. (utilisation en massages).


Gargarisme
Contre les maladies de la bouche : servez-vous d’une infusion à une poignée par litre d’eau.


Suc frais
Passez le jus de la marjolaine fraîche écrasée à travers un linge fin:
– Usage interne : une cuillerée à café, comme tonique des organes et pour les chanteurs aphones, le matin, dans un sirop ou avec du miel.
– Usage externe : aspirez le suc par le nez et rejetez-le par la bouche, c’est le meilleur moyen de faire cesser les rhumes et les migraines les plus rebelles.


Dentifrice
Si vous voulez conserver à la fois vos dents et vos gencives en bonne santé, préparez-vous un dentifrice très simple, composé de feuilles de marjolaine séchées et réduites en poudre.


Infusion spéciale
Contre l’artériosclérose: chaque soir, une pincée de marjolaine dans un bol d’eau bouillante.
Contre la sciatique: comptez, pour un litre d’eau, 2 pincées de marjolaine, 2 pincées d’anis vert, 2 pincées de menthe et 2 pincées de romarin.

Conseils

Enfin, n’oubliez pas la façon la plus agréable de prendre la marjolaine, dans la cuisine, pour soupoudrer la pizza, relever un poulet, un rôti …

Facebook Comments

Articles apparentés

3 réponses à La marjolaine, celle qui enlève tous les chagrins

Laisser un commentaire

Recherche
Choisissez un Theme pour ce Site