Vert Santé

La Santé par les plantes

Beaucoup de choses renaitrons, qui étaient oubliées

pommes

Aujourd’hui, le malade, souvent déçu par les thérapeutiques modernes, se tourne vers des soins dont les résultats se font selon des modalités étudiées depuis longtemps. Le poète latin Horace , avait déjà dit à l’époque, « Beaucoup de choses renaitrons, qui étaient oubliées ».

Pendant longtemps les médicaments synthétiques sont auréolés de succès éclatants, puis, brusquement, l’on se rend compte qu’ils ne répondent pas à tous les espoirs placés en eux. Certains deviennent agressifs : ils chassent une maladie, mais en créent une autre, causée par leur trop grande force. On parle alors d’accoutumance, d’allergie, d’intolérance. Au contraire, les médecines naturelles bénéficient de vertus connues depuis très longtemps. A l’utilisation empirique d’une plante a succédé une utilisation fondée sur des recherches scientifiques, sur des explications rationnelles, qui, elles bénéficient d’une expérience très longue.

Comme par exemple, nous savons très bien que les racines et feuilles de la chicorée sauvage sont indiquées dans les insuffisances du foie et de la bile. Aujourd’hui, la science montre que leur décoction, injectée par voie intraveineuse, augmente considérablement le volume de la bile excrétée.

Les Anciens connaissaient les vertus diurétiques de la pomme et, en conséquence, ils l’utilisaient très fréquemment. Aujourd’hui, il est prouvé que c’est grâce à la formation de l’acide urique quelle est indiquée chez les goutteux.

Le radis noir est apprécié depuis longtemps pour ses propriétés antiscorbutiques et dans les insuffisances hépatiques. Les expérimentations modernes (A. Lemaire et J. Lœper) ont montré qu’en effet il provoquait le vidage de la vésicule biliaire.

Actuellement, on pourrait en savoir beaucoup plus sur l’action des végétaux si les crédits accordés à la recherche dans ce domaine étaient suffisants. Une telle attitude aurait modifié celle des laboratoires pharmaceutiques, qui se seraient alors tournés vers la fabrication des médications d’origine végétale. Certaines firmes ont néanmoins compris l’intérêt d’une évolution plus naturelle de la pharmacologie et se lancent dans de timides essais de fabrication de médicaments à base de plantes.

Et c’est ainsi qu’il existe actuellement à peu près ce qui est nécessaire pour soigner par les plantes.

Facebook Comments

Articles apparentés

Laisser un commentaire

Recherche
Choisissez un Theme pour ce Site