Vert Santé

La Santé par les plantes

Comme l’ail, on l’à mis à toutes les sauces

oignons coupés

L’oignon est tonique, diurétique, vermifuge, émollient et antiseptique; de là sa renommée plusieurs fois millénaire et ses innombrables utilisations. Il entre dans beaucoup de préparations médicinales.

On l’a vanté en tant qu’aphrodisiaque (la soupe à l’oignon que l’on mange après une nuit blanche ou que l’on porte, dans certaines régions, aux jeunes mariés après leur nuit de noces, ne vise pas d’autre but!); on l’a présenté comme un facteur de longévité en citant le cas des Bulgares qui en sont de grands consommateurs et qui comptent de nombreux centenaires; on dit qu’il donnait des couleurs et faisait repousser les cheveux; on l’a recommandé contre l’obésité (« Vous tous qui êtes gros et gras et lymphatiques, lit-on dans un traité, mangez de l’oignon cru, c’est pour vous que Dieu l’a fait »).

L’essentiel sur le plan pratique est de savoir que :

  1. l’oignon possède effectivement les propriétés mentionnées ci-dessus;
  2. Il ne les garde intégralement que lorsqu’il est cru (la cuisson détruit une partie de ses principes actifs liés à une huile très volatile);
  3. son suc frais est irritant et ne convient qu’aux estomacs robustes. D’où des règles simples qui concernent son emploi en usage interne:

Si vous le supportez bien, consommez-en cru le plus souvent possible (dans les salades, les hors-d’œuvre, ajouté -haché fin- aux potages et aux légumes). C’est un incomparable facteur de santé (Dioscoride dixit), et, dans le cas où vous seriez victime d’un des troubles cités plus loin, n’hésitez pas à prendre deux à trois fois par jour un verre de la macération suivante : 4 oignons moyens émincés pour un litre d’eau chaude; laisser macérer pendant deux à trois heures.

Il est indiquées contre l’anémie, le surmenage, les affections des bronches, les fermentations intestinales, l’hydropisie, l’œdème, les infections génito-urinaires (prostatite, cystite), l’arthritisme, les rhumatismes, la goutte, le diabète (il abaisse le taux du sucre sanguin), la gravelle, la rétention d’urine, les verts intestinaux.

L’absorption d’oignon cru, laisse évidemment des traces odorantes dans la bouche et l’haleine. Vous pourrez remédiez à cet inconvénient (revoir l’article à ce sujet ICI ).

A l’extérieur, l’oignon cru, râpé et appliqué en cataplasmes, est indiqué pour le traitement des engelures, des douleurs articulaires rhumatismales, des brûlures, des migraines (posé sur le front), de la rétention d’urine (posé sur le bas-ventre). Broyé dans du vinaigre, en lotion quotidienne, il fait disparaître les taches de rousseur. Un coton imbibé de suc d’oignon dissipe les bourdonnements d’oreilles et calme les rages de dents. Cuits sous la cendre ou au four, réduit en pommade et appliqué bien chaud en renouvelant l’emplâtre toutes les heures, il hâte le mûrissement des abcès, furoncles, panaris, et diminue la douleur.

L’oignon cru a également de nombreux emplois ménagers: coupé en deux, il sert à nettoyer les vitres et les lames de couteau; il redonne de l’éclat à une ceinture, un sac vernis; écrasé avec un peu de terre humide, il fournit un excellent produit pour nettoyer les cuivres; son suc, badigeonné sur les cuivres, les préserve des taches de mouches.

Utilisation cosmétique : Onguent de beauté

Faites cuire trois oignons finement écrasés dans un peu de saindoux, à feu très lent; mélangez soigneusement ajoutez-y une cuillerée de miel, un petit verre d’eau de rose et une tasse de lait. Lorsque l’ensemble est bien homogène, il peut être appliqué sur les plaques de vilaine peau, les zones couperosées, les « peaux d’orange » et les rides.

[via]  vertsante.com

Laisser un commentaire

Recherche
Choisissez un Theme pour le Site
Partenaire